La productivité des soins/soutien à domicile au Québec

Montréal le 16 mars 2016 – Chef de file dans la gestion de la performance depuis plusieurs années, Proaction International continue d’affirmer que la productivité des intervenants en soins/soutiens à domicile (SAD) au Québec est la plus basse observée dans le monde. Proaction International a fait l’analyse de 800 entreprises, organisations et centres de santé et services sociaux dans 12 pays et compte plus de 900 000 heures de consultation à son actif. Sans aucune exception, toutes les entreprises privées, sociétés d’état et organismes publiques analysés par Proaction depuis les dix dernières années démontrent, et de façon substantielle, une meilleure productivité que les services de soins/soutien à domicile du secteur de la santé au Québec.

Étude de Proaction International en santé
Les milliers d’heures d’études menées par Proaction International ont permis de nombreux constats mais le plus frappant est qu’en moyenne, les intervenants en soins/soutien à domicile (tous secteurs confondus), effectuent 1,8 visites par jour auprès des bénéficiaires. Ils passent donc seulement +/-35% de leur temps devant un patient. C’est 2,5 heures par jour ce qui est peu compte tenu qu’un quart de travail est de 7 heures normalement.

Les données recueillies démontrent que les intervenants psychosociaux, les nutritionnistes et les ergothérapeutes effectuent de leur côté en moyenne UNE visite ou MOINS par jour auprès des bénéficiaires. Les Québécois ont besoin d’eux sur le terrain, et non dans les bureaux. L’approche de Proaction International a permis une meilleure planification du travail des intervenants afin d’assurer un service homogène et de qualité à tous les bénéficiaires des CSSS où un projet a été complété. Le processus de planification implanté par Proaction International assure qu’une plus grande partie du temps des intervenants soit consacré directement aux bénéficiaires plutôt qu’à des tâches administratives ou autres.

Même sans avoir fait d’analyse, tous lecteurs de ce communiqué peuvent constater que le nombre moyen de visites observées par intervenant en SAD au Québec est aberrant.

En regard à la situation présente, il apparait évident qu’une excellente performance du réseau de la santé répondrait adéquatement aux nombreux défis rencontrés au Québec. Or, force est de constater qu’actuellement, le réseau n’offre pas cette performance qui permettrait à l’ensemble du Québec de bénéficier d’excellents services sans pour autant devoir débourser davantage. C’est donc avec stupéfaction que Proaction International a appris la décision de l’arbitre Carol Jobin concernant une cinquantaine d’employés du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) d’Ahuntsic et Montréal-Nord qui ont soutenu avoir subi des préjudices moraux en se conformant à la réalisation des standards établis (par eux-mêmes) qui visaient à améliorer la performance des soins à domicile.

À l’instar du soutien à domicile, il faut savoir que plusieurs secteurs de la santé utilisent déjà des standards pour planifier leur travail. Les temps standards dans les blocs opératoires sont utilisés depuis longtemps et c’est en grande partie pour cette raison que le personnel de ce secteur est beaucoup plus productif que le personnel en SAD.

Les ergothérapeutes, physiothérapeutes, nutritionnistes et travailleurs sociaux qui disent avoir vécu de «l’anxiété, du stress, de l’irritabilité et dans plusieurs cas, des troubles du sommeil ou des troubles gastriques, des crises (pleurs) et autres inconvénients psychologiques», recevront chacun 500 $ en dommages moraux. « Une aberration considérant qu’un ergothérapeute dans le secteur privé fait de 6 à 9 visites par jour alors que dans le secteur publique, c’est une visite par jour en moyenne », « d’autant plus aberrant que l’arbitre Carol Jobin n’a jamais demandé à entendre Proaction International avant de rendre sa décision, un arbitre et un processus d’arbitrage sans aucune crédibilité. » – Denis Lefebvre, Président et chef de la direction de Proaction International.

L’expertise et les résultats de Proaction International en font le joueur le plus important en amélioration de productivité au Québec. Créateur de richesse collective, Proaction International est déterminée à supporter le secteur de la santé non seulement au Québec mais aussi dans le reste du Canada afin que plus de citoyens puissent bénéficier d’une plus grande accessibilité à des soins de qualité en plus de permettre une meilleure utilisation des fonds publics.

—————————————————————————————

Expertise
Depuis 2004, Proaction travaille à améliorer la gestion et la productivité des ressources humaines tant en Amérique du Nord que de l’autre côté de l’océan Atlantique. Plus de 400 projets d’amélioration ont été complétés au Canada, aux États Unis, en Algérie, au Maroc, ainsi qu’en France et dans plusieurs autres pays d’Europe comme l’Allemagne, la Hongrie, la Belgique, le Portugal, l’Italie, les Pays Bas et la Pologne. Proaction a fait l’analyse de 800 entreprises, organisations et centres de santé et services sociaux et compte plus de 900 000 heures de consultation à son actif.
À partir de 2008, Proaction International a revu son approche en entreprise afin de l’adapter au secteur de la santé. Afin de valider cette nouvelle approche, Proaction International a effectué plus de 1 000 études dans plus de 30 établissements de santé au Québec. Avec plus de 15 000 heures d’observations et d’analyses, nous maîtrisons parfaitement les problématiques de productivité du réseau.