Prendre de l’avance en investissant dans nos gens – un gage de succès !

La productivité, la performance, l’optimisation… termes galvaudés, peut-être… mais n’en demeurent pas moins d’actualité.  Dans une ère de globalisation des marchés, de fluctuation du huard, de crise économique et même de changements climatiques, les entreprises et les organisations se doivent d’assurer performance, flexibilité tout en sachant s’adapter.  Il appert indéniable de devoir moduler la gestion et la prise de décision de manière à ce qu’elles s’adaptent rapidement aux nouvelles données du marché et ceci inclut évidement d’être compétitif et lucratif. S’adapter et se renouveler passe nécessairement par le rehaussement des habiletés de gestion, par le leadership, l’engagement et la capacité à amener l’organisation dans son ensemble à se mobiliser vers un objectif commun. Qu’en est-il donc sur le terrain de ces capacités de gestion ?  Sommes-nous à la hauteur des besoins ?

Des études qui touchent plus de 9000 gestionnaires, sur un échantillonnage de plusieurs pays, révèlent sans contredit que plus de 60% des gestionnaires n’ont pas les capacités, ni les connaissances de base pour assumer leur rôle de gestionnaire, surtout lorsque l’on parle des gestionnaires de premier niveau ; ceux qui gèrent directement les ressources humaines et matérielles d’une organisation, qui souvent représentent la masse critique de l’organisation.  Qu’en est-il de ce rôle de gestionnaire de premier niveau ?  Force est d’admettre qu’il n’existe pas de formation académique axée et orientée vers la gestion des équipes de travail.  Dans les faits, ce sont les employés hyper performants qui sont promus à des positions de gestionnaire et c’est cette même expertise qui leur confère un leadership technique qui leur permettra souvent de briller pendant un certain temps.

En effet, il semble que l’influence de ce type de leadership (technique) peut durer 100 jours… après quoi il est primordial d’avoir des qualités et des connaissances managériales appropriées pour « gérer » les ressources de façon optimale ; c’est-à-dire devenir une ressource qui assure le coaching, qui guide, qui motive et qui mobilise ses employés et qui les amène à optimiser les opérations. Toujours en lien avec des études terrains effectuées depuis plus de 10 ans, il est devenu évident qu’il existe une corrélation directe entre les capacités managériales du gestionnaire et les performances opérationnelles de son secteur.

En effet, la mise en relation des performances de certains indicateurs clés, tels que le TRG ou plus simplement le pourcentage de productivité évolue plus souvent qu’autrement en corrélation avec les aptitudes du gestionnaire de premier niveau à bien encadrer son équipe en lui offrant une communication claire et précise des objectifs à atteindre, mais aussi en l’engageant dans l’identification des aléas et dans la résolution des problèmes qui empêchent l’atteinte des objectifs.  Plus précisément, ces études montrent qu’une amélioration du modèle de gestion d’environ 15% peut avoir des retombées de l’ordre de 20 à 30% sur les résultats opérationnels, et ce en très peu de temps. Sans compter les retombées sur la culture organisationnelle qui n’est pas quantifiable monétairement à court terme mais qui permet d’offrir un environnement de travail stimulant tant pour les employés que pour les gestionnaires, et qui aura nécessairement un impact sur la stabilité et sur la rentabilité.

Les entreprises qui l’ont compris ont assurément une longueur d’avance quand vient le temps de se faire une place dans le palmarès des entreprises les mieux gérées.

pmara
Paola Mara
VP, Développement Corporatif , Proaction

L’improductivité – Des sources aux solutions

 

Vous êtes un manufacturier et vous souhaitez augmenter votre productivité et votre profitabilité ?

Participez à cet atelier de travail d’une demi-journée et apprenez quelles sont les principales causes de l’improductivité des entreprises manufacturières au Québec et identifiez des pistes de solution pour votre entreprise.
Sous la forme d’une conférence et de séances de remue-méninges et d’exercices pratiques, les éléments suivants seront abordés :

  • Meilleures stratégies d’amélioration de la productivité et de la performance au travail ;
  • Paramètres sur lesquels vous devriez mettre l’accent afin de rendre votre entreprise plus productive et profitable ;
  • Mesures qui déterminent réellement le potentiel d’amélioration.

De plus, Monsieur Roberge, vice-président aux opérations chez Éclairage Constraste, une entreprise fabriquant des produits d’éclairage durables et de qualité supérieure, vous présentera comment ils sont passés de la théorie à la pratique, tout en améliorant leur productivité de 25 %.

Consultez ce lien pour vous inscrire